Actualité
  • Register

Depuis sa création, le Programme Supérieur de Spécialisation en Finances Publiques (PSSFP), s’est mis au service de la modernisation de l’Etat à travers des sessions de renforcement des capacités des cadres du secteur public et privé sur des questions essentielles des Réformes des Finances Publiques.


 

 

 

Le PSSFP est la première phase de mise en place d’un Institut Supérieur de Spécialisation en Finances Publiques au Cameroun, issu d’une convention tripartite signée le 09 Octobre 2013 entre le Ministère des Finances, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et l’Université de Yaoundé II Soa. L’idée consacrant son institution relève du besoin institutionnel de renforcement des capacités des ressources humaines des administrations publiques et privées du Cameroun. Un besoin qui fait face aux exigences induites par les réformes en cours au Cameroun et en zone CEMAC, notamment : la réforme Comptable et Budgétaire, avec pour point d’ancrage, les Directives CEMAC de 2011 et la loi de 2007 portant Régime Financier de l’Etat.

Les formations offertes

     Le PSSFP offre deux types de formations : des formations diplômantes et des formations certifiantes

          • Les formations diplômantes se déclinent en cinq parcours de niveau Master dans les domaines des Finances Publiques suivants:
            • Gestion Budgétaire ;
            • Comptabilité Publique ;
            • Finances Publiques locales ;
            • Contrôle et audit des finances publiques ;
            • Fiscalité.
            • En plus des parcours de Masters, le PSSFP offre des formations certifiantes de courte durée, à la carte, qui se déroulent sous la forme de séminaires ou d’ateliers. Il dispose en son sein d’un pool d’experts rompus à la tâche pour des thématiques telles :

     Ces formations de très haut niveau s’inscrivent dans l’objectif du PSSFP, celui de renforcement des capacités des cadres des administrations publiques et privées dont dans le souci contribuer à la modernisation de l’Etat.

-          La conduite des stratégies des Finances Publiques ;

-          Le Décentralisation ;

-          La conception et l’élaboration des politiques économiques ;

-          L’Ethique et la déontologie ;

-          La gestion budgétaire ;

-          Les marchés publics ;

-          La formation des formateurs etc.

Les Conférences et séminaires

Dans son mode innovant de formations, le PSSFP organise régulièrement des conférences débats sur des thématiques centrées autour des questions des finances publiques en rapport avec l’actualité. Elles ont pour but d’éveiller chez l’auditeur, des aptitudes de conception et de conduite des politiques publiques.

     Ces conférences thématiques sont animées par de hauts responsables camerounais, des experts nationaux, internationaux et des diplômates.

     Dans la perspective d’un déploiement à l’international, le Ministre des Finances a signé le 19 décembre 2014, une convention de partenariat avec Expertise France pour une coopération technique. Ce qui a conduit six auditeurs à effectuer des stages professionnels au sein des administrations publiques françaises. De même, plusieurs autres conventions sont en cours de signature.

mardi, 27 octobre 2015 15:18

Le PSSFP à l’Université de Bamenda

Du 1er au 03 Octobre 2015, les experts du PSSFP ont effectué une mission de formation des responsables de l’Université de Bamenda dans la région du Nord-Ouest, sur le montage de leur Budget Programme.

Le séminaire aura duré trois jours au bout desquels les Experts ont eu pour tâche d’accompagner les participants, essentiellement en postes dans les structures administratives et financières de l’Université de Bamenda, dans la préparation de leur projet de budget pour l’exercice 2016, et dans l’élaboration du projet de RAP pour l’année 2015 conformément aux termes de référence associés à cette activité.

Dans un Anglais fluide et contextualisé, les experts ont modulé leurs interventions sur   la construction d’un Projet de Performance des Administrations, les Techniques de préparation du Budget Programme, la Gestion budgétaire en Autorisation d’Engagement (AE) et Crédits de Paiement (CP), le pilotage des Budgets Programmes.

Le séminaire de Bamenda est la première étape du programme de renforcement des capacités des Universités d’Etat du Cameroun sur les questions qui ont trait à la nouvelle gestion publique et à la gouvernance financière.

mardi, 27 octobre 2015 14:56

Le PSSFP forme des députés

Le Mardi 29 septembre 2015 à l’Assemblée Nationale, les experts du PSSFP ont animé une session de formation des députés de la Commission des Finances et du Budgetsur le thème général: « Nouvelle gouvernance financière et performance des politiques publiques »

Cette session de formation, la deuxième organisée par le PSSFP à l’intention des Parlementaires camerounais, avait pour objectif de les doter d’outils, de méthodes et de connaissances utiles à l’évaluation de l’action publique. Ainsi, les modules choisis ont porté sur la loi de règlement, les dépenses fiscales et leur impact sur les recettes budgétaires de l’Etat, et le processus de transfert des compétences et des ressources aux Collectivités Territoriales Décentralisées.

,

C’est massivement que ces représentant du peuple ont répondu présents dès 09h à cette session de formation présidée par Mme AYAYI Rosette, Présidente de la Commission des Finances et du Budget de l’Auguste Chambre.

Dans son allocution d’ouverture, Mme AYAYI a recommandé aux parlementaires d’être attentifs et de ne pas hésiter à poser toutes les questions qui leur permettront de mieux comprendre et appréhender les divers principes et mécanismes expliqués à l’intérieur des exposés afin de défendre les intérêts de la population qu’ils représentent.

Les travaux se sont déroulés dans une atmosphère conviviale, les échanges ont été intenses et édifiants, ce qui a valu aux Experts du PSSFP une appréciation générale des participants, exprimée par une salve d’applaudissements.

Encore une fois, le PSSFP a conquis les Parlementaires !

Généralement, la pharmacie peut vous offrir des traitements authentiques pour de nombreux problèmes de santé. Que pouvons-nous acheter sur Internet? Habituellement, les hommes et les femmes sont affligés par des problèmes de santé sexuelle. Ci-dessous sont des idées simples sur "Kamagra France". Lorsque vous achetez des remèdes comme Kamagra vous devez vous souvenir de "achat kamagra". Divers sites Web le décrivent comme "kamagra 100mg". Cependant, il existe plusieurs remèdes qui peuvent nous aider sans effets secondaires. Que devrais-je parler à un médecin avant d\'acheter Kamagra? Informez votre médecin si vous prenez d\'autres médicaments. En dépit du fait que ce remède n\'est pas destiné aux femmes, on ne sait pas si ce médicament pourrait nuire à un bébé allaitant.

vendredi, 18 septembre 2015 14:05

Les auditeurs du PSSFP à l’école de football

C’est au cours d’un match qu’ils se sont livrés entre eux dès 11h ce Samedi 05 Septembre au stade de l’Eglise Orthodoxe de Bastos, que les auditeurs de la deuxième promotion du PSSFP se sont découverts de nouveaux talents au football.

 

Des Finances Publiques au football, le pas à franchir n’a pas été grand. Dans le cadre du rayonnement du PSSFP, l’administration a mis en place des mesures d’organisation et d’accompagnement des activités péri-académiques pour les auditeurs. Ceux-ci doivent pouvoir s’épanouir afin de garder la forme psychique, psychologique, mais également la forme physique qui leur permettra de respecter cet adage : « un esprit sain dans un corps sain », et de développer entre eux, un esprit de solidarité.

Fort de leurs moyens pour cette première étape, les auditeurs de la deuxième promotion se sont constitués en deux équipes de 11 joueurs chacune (A et B), pour se livrer en 90 minutes aux canons de ce sport prisé dans leur pays.

Le score final de la partie, sous les acclamations et les encouragements de leurs camarades a été de trois buts à zéro en faveur de l’équipe A. Personne n’est rentré triste, il fallait être fair-play, et ce fair-play les a amené à se séparer aux environ de treize heures, autour d’un petit cocktail auquel ont été conviés les représentant de l’administration du PSSFP venues coordonner et soutenir cette activité.

C’est au cours d’un cocktail offert en son honneur par la Direction Générale du Trésor, de la Coopération Financière et Monétaire (DGTCFM), que Claude Remondet Conseiller Technique du DGTCFM et enseignant au PSSFP, arrivé en fin de séjour en terre Camerounaise s’est séparé ce Vendredi du personnel du MINFI.

La salle Hamadou Sambo de l’Immeuble de la Solidarité était à son comble en cette soirée. En présence du Directeur Général du Trésor, de la Coopération Financière et Monétaire, du Conseiller Technique du Ministre des Finances et de plusieurs illustres personnalités du Ministère des Finances en Général et de la Direction Générale du Trésor en particulier, des auditeurs et membres du corps administratif du PSSFP, Monsieur Remondet dont le travail à la DGTCFM été un succès, s’est dit satisfait de ce séjour en terre Camerounaise. Ce d’autant plus qu’il gardera un souvenir mémorable de ses expériences et surtout des présents qui lui ont été offerts. Au rang desquels, une toile le présentant comme un travailleur acharné ayant œuvré dans la mise en place de la réforme des finances publiques au Cameroun.

Dans son propos de circonstance, le DGTCFM a tenu à signifier, « qu’il ne s’agissait pas là d’un « Adieu », mais d’une brève séparation, le temps pour le couple Remondet de prendre le vol, tout a l’attente d’une prochaine visite au Cameroun, les portes de la DGTCFM lui seront toujours ouvertes.

C’est dans une ambiance très chaleureuse, arrosée de champagnes, et de vins que se sont séparés tous les convives à cette cérémonie.

CONFERENCE SYNTHESE:

La crise grecque est un épisode actuel de la vie du système financier et économico -financier mondial qui nous révèle des dysfonctionnements liés à la globalisation de la finance et à la financiarisation de la globalisation aperçus à partir des rampes géoéconomiques et géopolitiques de l’intégration régionale européenne. Elle a de ce fait permis de révéler des distorsions associées à la montée en puissance politique des centres de la finance et à leur poids sur les Etats engagés dans la spirale inflationniste de la dette souveraine (Bruno THERET et Fréderic   LORDON). Elle exprime également des tensions et des pressions pesant sur le processus de la construction européenne en tant que dynamique d’intégration régionale justifiée par la logique des effets d’entrainement ou spill over (Ernst Haas).

Elle met également en lumière les résistances liées à l’expérimentation en situation européenne des techniques et technologies politico-économiques tropicalisées d’imposition et d’institution des reformes d’austérité à la mise en œuvre du « Washington Consensus » (John Williamson). Elle exprime par ailleurs une dynamique indicatrice de la déstabilisation symbolique de la valeur de l’unification européenne liée au déclassement de la Grèce considérée comme le berceau       de la culture européenne et occidentale, le lieu d’origine de la « géo-culture ». (Immanuel Wallerstein et Samir Amin). Elle fait état des craquèlements de l’unification européenne liée à la rigidité managériale et financière de l’hégémonie allemande sur la zone Euro et la prépondérance croissante des seigneuries banquières et financières. Les difficultés pesant sur le renforcement de la consistance politique de l’unification du fait de l’emprise croissante des puissances bancaro-financiéres sur la « géo économie » (Edward Luttwak) ne sont pas épargnées par ce wikileaks d’un nouvel ordre.

Sont également dévoilés les décalages et découplages existant dans la construction de l’unification européenne confrontée aux formes financières et actionnariales « développement inégal » (Samir Amin) existant entre les différentes nations concernées par ce processus. Au final la crise grecque constitue un symptôme d’une crise de gouvernement du système, associé à l’unification européenne. Cette dernière étant elle-même confrontée à des problèmes d’équilibre entre les exigences souveraines et représentatives d’une part et les exigences financières et actionnariales créés par le conatus hégémoniste (Spinoza, Fédéric Lordon ; Mathias Eric Owona Nguini) associé à la souveraineté du capital d’autre part.

I-                   UNE CRISE POLITICO-FINANCIERE METTANT EN LUMIERE LE SURPASSEMENT DE LA SOUVERAINETE ETATIQUE PAR LA PUISSANCE DE LA FINANCE.

La crise de la dette Grecque exprime la supplantation croissante de la puissance des Etats par la prépondérance de leurs créanciers financiers et bancaires dans la mesure où l’on assiste à une montée en puissance politique du capitalisme actionnarial. Ce dernier entraine une dépendance de la souveraineté des Etats vis-à-vis des institutions bancaires et financières et amène à un tribut conséquent de la gestion souveraine des finances publiques par rapport aux exigences transterritoriales de la finance globale.

La prééminence de plus en plus exprimée des actionnaires créanciers des Etats et leur force d’action font état de la montée en puissance d’un capitalisme non plus basé sur la logique productive avec création de la valeur, mais d’un capitalisme fondé sur l’actionnariat improductif. Cette crise a permis de voir comment les centres actionnariaux agissent sur les Etats endettés par exemple à travers les fonds de pension.

Les Etats, autrefois maîtres de leur gouvernance et donc souverains se doivent de plus en plus de collaborer avec des institutions qui posent des conditions amenuisant le champ d’action des héritières de Westphalie (Etats) tout en augmentant le leur. C’est l’expression de la montée en puissance de ces institutions mais également de la dépendance progressive des Etats. Les plans de sauvetage de la Grêce, proposés par la commission de l’UE avec accord de l’Allemagne, dont la position n’est pas toujours tributaire du bien-être de l’Etat mais aussi des intérêts des banques installées en Allemagne, cristallisent la dépendance de l’Etat grec qui n’est dès lors plus maître de son destin mais dépend des directives des nouveaux hégémons bancaro-financières. Il s’agît en effet d’une annexion des unités étatiques de domination par les machineries hégémoniques bancaro-financières. Les fonctions étatiques (européennes) sont de ce fait exposées aux appétits de pouvoir des puissances bancaro-financières comme maitres créanciers sur les souverainetés endettées.

Les Etats sont de plus en plus subordonnés aux injonctions de leur créanciers bancaro-financiers qui deviennent les nouveaux centres de coordination politique, dès lors qu’ils indiquent la conduite à tenir. La réduction d’un tel état des faits passe inéluctablement par la canalisation marchande des logiques étatiques d’endettement et globalement de gestion des finances publiques.

II-UNE CRISE ECONOMICO-FINANCIERE METTANT EN EVIDENCE LE DEPASSEMENT DE LA PUISSANCE ETATIQUE PAR LA SOUVERAINETE TRANSNATIONALE DU CAPITAL.

La crise grecque exprime des mutations géopolitiques et géoéconomiques de la construction européenne affectée par les effets régionaux de la transnationalisation hégémonique du capital. En effet, l’on assiste à une spoliation des cadres normatifs nationaux qui conduit à des effets pervers de la bancarisation et de la financiarisation de la gestion en finances publiques. Ceci étant, les politiques parlementaires ne restent pas inchangés face à l’hégémonie du capital transnational.

L’impuissance des Parlements est mise à nu face d’une part aux dérives gouvernantes liées à l’explosion des déficits publics et d’autre part face à la capture des finances publiques par les calculs des créanciers bancaro-financiers et de la logique bureaucratico-marchande de Bruxelles. La crise souligne également les effets pervers de la bancarisation et de la financiarisation de la gestion des finances publiques. En effet, les finances publiques se retrouvent colonisées par les exigences marchandes des créanciers bancaro-financiers. L’on assiste alors à un étranglement des souverainetés endettées par les contraintes bancaro-financières de remboursement de la dette.

Soulignons par ailleurs, l’exposition des puissances étatiques et politiques parlementaires à l’hégémonie du capital transnational. Dans cet ordre d’idée, la crise a révélé la montée en puissance radicale des formations bancaro-financières globalo-libérales dans la gestion des finances publiques et mis en lumière la dépossession des enceintes gouvernementales et parlementaires du contrôle des finances publiques par leur supranationalisation et leur transnationalisation régionales.

III-UNE CRISE SYSTEMICO-FINANCIER METTANT A NU L’EXIGENCE D’UNE RECONSTRUCTION DES RAPPORTS ENTRE ETATS ET FINANCE TRANSNATIONALE.

Face à tous ces dérèglements, il apparaît impératif de réformer et réévaluer la gestion des finances publiques en vue de les valoriser. Trois options s’offrent dès lors.

Premièrement, l’option d’un desserrement de l’emprise des seigneuries bancaro-financieres transnationales sur les finances étatiques. Il est question de réformer et alléger l’emprise des puissances bancaro-financiéres sur les Etats à travers les dettes souveraines vertigineuses. Une régulation canalisant la spéculation marchande bancaire et financière exercée sur la dette des Etats est également indispensable pour parachever le desserrement.

Deuxièmement, l’option d’une canalisation simultanément républicaine et actionnariale des déficits publics. Son effectivité passe par une revalorisation des canaux représentatifs de contrôle et d’évaluation des finances publiques dans un premier temps et une reforme ouvrant le dialogue entre les parlements, les citoyens et les créanciers du souverain par la suite.

Troisièmement, l’option d’un rééquilibrage des relations entre gouvernance et finance par la combinaison d’une mondialisation régulatrice régulée. Il est ainsi nécessaire d’instituer des plafonds limitant un endettement vertigineux du souverain. La crise appelle aussi la nécessité d’instituer des mécanismes supranationaux et transnationaux publics et civils de contrôle de la capacité spéculative des seigneuries bancaro-financiers et de leur hégémonie concessive et corporative correspondant à de nouvelles logiques seigneuriales de bénéfices et d’offices.

Mathias Eric OWONA NGUINI (Socio-politiste, Université de Yaoundé II-Soa-FSJP et Fondation Paul Ango Ela de Géopolitique en Afrique Centrale)

Page 2 sur 2

Actualité

Création à Marrakech du Réseau des Instituts des finances…

Nov 25, 2017 117
Un Réseau visant la création d’un cadre de réflexion, de rencontres et d’échanges entre les Instituts des finances…

Conférence Internationale des Instituts des Finances…

Nov 25, 2017 111
Les instituts des finances sont des acteurs majeurs de la modernisation de l’action publique et contributeurs aux…

Appel à Candidature, 5ème promotion Master en Finances…

Nov 24, 2017 4688
LE RECTEUR DE L’UNIVERSITE DE YAOUNDE II-SOA Communiquent Un appel à candidatures est lancé pour l’entrée au niveau 1…
Scroll Up