Actualité
  • Register
dimanche, 16 août 2015 13:20

LES CONFERENCES AU PSSFP

29 Juillet 2015 « l’Approfondissement du processus de la décentralisation au Cameroun, état actuel de mise en œuvre et perspective »

Conférencier : M. Jean Pierre KUATE Administrateur civil Principal hors échelle.

La définition des enjeux de la décentralisation, la mise en œuvre du processus depuis 1996, les difficultés auxquelles ce processus fait face et les perspectives pour l’avenir ont été les points sur lesquels à tourné la conférence. Il a été observé que la mise en place juridique s’est achevée en 2010 et depuis lors, le Cameroun se trouve dans la phase d’opérationnalisation marquée par le transfert des compétences et des ressources.

Mercredi 12 Aout 2015 « Crise de la dette publique Grecque : dynamiques, enjeux, conséquences et enseignements  pour l’Afrique », salle Hamadou Sambo de l’Immeuble de la solidarité, la première : analyse économique de cette crise.

Conférencier : Pr AVOM Agrégé d’Economie et de Gestion

Au-delà des causes politiques et économiques qui constituent les origines lointaines de cette crise, l’on peut retenir que la dette n’est pas négative par elle même. Elle ne peut l’être que si son utilisation n’est pas en adéquation avec le niveau de l’économie réel et la perspective de croissance économique. Dans le cas où ces conditions sont réunies, elle constitue un accélérateur de bien-être.

Mercredi 29 Avril 2015, « Criminalité transfrontalière et sécurité financière en zone CEMAC »,

Conférencier : Pr Joseph Vincent NTUDA EBODE Directeur du Centre de Recherches et d’Etudes Politiques et Stratégiques de l’Université de Yaoundé II

La criminalité transfrontalière impacte les pays d’Afrique Centrale et leurs économies en ralentissant la vitalité de la production dont les effets sur les recettes publiques sont évidents. Ces conditions engendrent l’insécurité financière des Etats et mettent en difficulté la mise en œuvre des politiques publiques.

dimanche, 16 août 2015 13:18

PROJET MEDIAFIP

 

Le 10 Juillet 2015, une convention de partenariat a été signée entre PSSFP et l’Union de la Presse Francophone dont le projet baptisé MEDIAFIP. MEDIAFIP est une opération annuelle de renforcement des capacités/accompagnement des hommes de media sur les questions qui ont trait aux finances publiques dans l’objectif de les amener à les maîtriser et à les optimiser dans le traitement de l’information médiatique. A ce jour une vingtaine de journalistes ont été imprégnés de ces questions et le processus suit son cours.

dimanche, 16 août 2015 13:09

FORMATION DES FORMATEURS

Du 05 au 08 mai 2015 : FORMATION DES FORMATEURS

Dans le cadre du renforcement des capacités de formation de l’Institut Supérieur des Finances Publiques, il s’est tenu à Yaoundé, un stage de « formation des formateurs en ingénierie de la formation » faisant partie du programme d’activités contenues dans la convention de partenariat signée le 19 décembre 2014 entre le Ministre Camerounais des Finances et le PDG d’Expertise France.

Du 26 mars au 08 Avril 2015, le PSSFP a animé à l’intention des personnels et responsables du FEICOM, trois sessions de séminaires sur le thème ci – après : «  Comprendre la loi de finances 2015 et les modalités de son exécution », l’objectif général de ce séminaire visait à familiariser les personnels du FEICOM à l’esprit et à la lettre de « la Loi de Finances 2015 et les modalités de son exécution ».

dimanche, 16 août 2015 12:49

Appui à la réforme des finances publiques

Le ministère des Finances du Cameroun et Expertise France ont signé une convention de partenariat le 19 décembre 2014, visant à soutenir les activités de formation du Programme supérieur de spécialisation en finances publiques (PSSFP) futur Institut Supérieur des Fiances Publiques (ISFP) du Cameroun. 

L’objectif : renforcer les compétences des agents du ministère des Finances, accompagner les réformes engagées par le ministère pour moderniser son fonctionnement et son organisation et ouvrir le programme de formation à un plus large public pour faire de l'ISFP un lieu d’échanges et de réflexion sur les questions de macroéconomie et de finances publiques.

Le programme d’action sera mis en œuvre selon 3 axes :  

  • Développer des formations courtes « métiers » en finances publiques, notamment pour renforcer certains domaines spécifiques : gestion budgétaire, comptabilité publique, finances publiques locales ;
  • Développer des activités transverses intégrées au programme de formation : formation de formateurs ;
  • Développer la mise en place de conférences internationales avec la participation d’experts internationaux afin de partager les expériences et encourager les débats en matière de finances publiques.

La convention de partenariat fait l’objet d’un cofinancement d’un montant de 140 000 euros et permettra de soutenir le Cameroun dans son projet ambitieux de réforme et de modernisation de ses finances publiques.

Les auditeurs du PSSFP ont assisté le vendredi 07 novembre à la présentation d’un exposé du Rapport du FMI présenté par le Dr Boriana Yontcheva représentante du FMI, où des inquiétudes ont été soulevées sur les perspectives économiques régionales de l’Afrique subsaharienne et du Cameroun.

 

Deux faits marquants retiendront l’attention au cours de cet exposé : le baril de pétrole diminuera dans les années à venir, et si le Cameroun veut atteindre l’émergence en 2035, il devra augmenter son taux de croissance à 10% dès 2016 et le maintenir, selon les prévisions du FMI.

Avec un taux de croissance de 5,1% en 2014, les prévisions du FMI l’estiment en augmentation à 5,8% en 2015. Au regard de cette montée fulgurante, le Cameroun se place parmi les pays à fort taux de croissance, l’Afrique subsaharienne étant la 2ème région la plus dynamique au monde. Si d’importants progrès se font voir au sein du Cameroun, c’est le résultat d’une croissance en infrastructure notamment : les TIC, l’accès à l’eau potable, à l’électricité, les routes … ce qui a permis à de nombreux investisseurs de s’installer, le premier partenaire étant la Chine.

Cependant, il ressort que de nombreuses inégalités se font observer entre le niveau de développement des pays et leur infrastructure. Parfois, plus le pays est développé, plus l’infrastructure est de mauvaise qualité, il faut donc en ce qui concerne le Cameroun dont l’infrastructure n’est pas suffisante, trouver un moyen de rendre le budget d’investissement publique efficace et stopper le déficit de la dette qui continue de croitre et qui risque de passer à 40% en 2019. Il faut en cela qu’il sache pourquoi il s’endette et ce qui est fait avec l’argent emprunté.

Bien que le Cameroun ait renoué avec la croissance, ses 5,1% de taux de croissance restent en deçà de la moyenne de l’Afrique subsaharienne et ne réduisent pas la pauvreté dans ce pays. Il devra d’avantage se ménager pour garder le cap. Pour ce faire les projets structurants c’est bien, ils doivent être maintenus, mais en plus, le Cameroun devra optimiser les recettes non pétrolières, équilibrer les finances publiques, mettre en place des mesures facilitant la promotion du secteur privé, améliorer la gouvernance, et l’accès au crédit.

Christelle Otto

Page 2 sur 2

Actualité

Conférence des Instituts des Finances Publiques des Pays…

Nov 14, 2016 7490
L’importance de cette première conférence francophone des instituts des finances publiques a été marquée lors de cette…

CIFP - 2016 Conférence Francophone des Instituts de…

Oct 06, 2016 981
Contexte Les autorités camerounaises ont élaboré une nouvelle législation financière sur la base de la loi N°2007/006…

LA CEMAC APPRECIE LE DEPLOIEMENT DU PSSFP

Mar 31, 2016 942
Dans le cadre de sa tournée de travail au Cameroun pour le suivi de la mise en œuvre des Directives du cadre harmonisé…
Scroll Up