Super User
  • Register
Super User

Super User

samedi, 04 février 2017 10:23

LISTE DES CANDIDATS ADMIS: 2016 - 2017

Le Ministre des Finances et le Recteur de l'Université de Yaoundé II, communiquent :

Sont pour compter la date de signature du présent Communiqué, admis en première année de Master en Finances Publiques au titre de l'année académique 2016 - 2017, les candidats dont les noms suivent classés par ordre alphabétique :

LISTE DES CANDIDATS TENUS POUR LA FORMATION EN MASTER EN FINANCES PUBLIQUES:

 

N

NOMS ET PRÉNOMS

1

ABAKAR AGUILOU (D)

2

ABASSA MAMAR (P)

3

ABBE JEAN ERIC (P)

4

ABDEL HARNEL MBA (P)

5

ABDOUL AZIZ (D)

6

ABDOURAHMAN (D)

7

ABE SYMPHORIEN VITAL (P)

8

ABE VALERIE BERTRAND (P)

9

ABOA SERGE MAECEL (P)

10

ABOUBAKAR BABA (D)

11

ADJESSA CALIXTE CAROLINE (P)

12

AHMED ABDOULAYE (P)

13

AKAM AKAM JEAN PATRICE (D)

14

ALIMA KATHINE PASCALE (D)

15

AMBASSA PIERRE (D)

16

AMGBA EKOUTI (P)

17

AMOKA ELOUNDOU JEAN CLAUDE (P)

18

APETI OUAE SARA (D)

19

ASHU McMOI NDI (D)

20

ASSANA ABAKAR (D)

21

ASSOUMOU ASSOUMOU DANIEL (P)

22

ASSOUMOU OLO LAVOISIER (P)

23

ATANAGANA BEKONO (P)

24

ATANGA ALPHONSE ACHILLE (P)

25

ATANGANA ALIMA ERICK BERTRAND (D)

26

AVEBE CHRISTIANE (D)

27

AWASUME YVETTE ETANE (P)

28

AYELE AMBASSA JEAN PAUL (P)

29

AYISSI GEORGES CHRISTIAN (P)

30

BAKARI AMAN (D)

31

BANGA KOLLO EMMANUEL (D)

32

BEDJERE DAVIS (P)

33

BELLA ESSOMBA CHRISTELLE (P)

34

BEMBE ZE BEMBE JOHANNY (P)

35

BENA ZANGA MICHEL (D)

36

BETSI AMBASSA JULIENNE CLARISSE (D)

37

BEYEME ESSONO BRICE (P)

38

BIKIE AKOA CLARISSE (P)

39

BILOA ALPHONSINE CARINE (D)

40

BILOUNGA STEPHANIE (D)

41

BINGANA EDANG MARTIN BLAISE (D)

42

BITOMO ABESSOLO JEAN MARIE (P)

43

BIWOLE BIWOLE FRANCOIS D'ASSISE

44

CHEMO YANGA LOIC DONALD (P)

45

DESSY BERTRAND RODRIGUE (P)

46

DIKLA INNOCENT (D)

47

DJOMO KANA SEBASTIEN (P)

48

DONATUS NJ1TABOH ACHU (D)

 

49

EBALE ESSOLA YVES BERTIN (P)

50

EBANEH SCHOLASTICA BASUM (P)

51

EBELLE TOUBE CELESTIN PATRICK (P)

52

EBOLO RAPHAEL (P)

53

EBOT PROVIDENCE ETENGENENG (P)

54

EDIAGE APANDE HERBERT (D)

55

EDIKA SALOMON (P)

56

EDIMA MVONDO NINON BERTILLE (D)

57

EDONGUE JAMES ARLETTE (P)

58

EDOU OLOO JEAN LOUIS (P)

59

EKOUALLA EYOUM EDIMO MARTIN (P)

60

EKOUENLE MARIE JEANNE (P)

61

ELANGA ONGONO GEORGIA VANESSA (P)

62

ELANGWE TAYONG PETER (P)

63

EMAGUE DJONGOUE VIRGINE (D)

64

EMENE VIRGINIE ELIANE LIONNELLE (P)

65

ENAMA ENAMA LAZARE (P)

66

ENYEGUE FOUDA LEOPOLD CYRILLE (P)

67

EPANG MPONGUE AMANDINE (P)

68

ERIE DOH MUTIA (D)

69

ESSAMBA NINOM PAMELA (P)

70

ESSOLA DOROTHE MARIE MICHELLE (P)

71

ESSOUMA ATOUBA REGINE (P)

72

ETOA MVOLO SYLVESTRE (P)

73

ETOUA EVINA SIMONE NICAISE (D)

74

ETSIDENA MARCELLE (P)

75

EYONG KWIN GEORGIE CYNTHIA (D)

76

FOGUE NOKAM ANNE MARIE (P)

77

FONGANG TAWEMBE LEONARD (P)

78

FOTSING CHRISTIAN (P)

79

FOUMRIGUE FOULLA ROBERT (D)

80

GOUMAL ABEL (P)

81

GUIMGO DJOUKANG MABELLE (P)

82

HAMADOU ABBO (P)

83

HAMAN ADJI_BOUBA (P)

84

HAPSSATOU ABAME ALIFA (P)

85

IBRAHIM HALIDOU BOUBA (D)

86

IHONG FILS ERIC (P)

87

KAMMI KOUAYEP THIERRY (P)

88

KANYOU VIRGILE RUSSEL (P)

89

KENFACK TSAJIO HERVE FRANCK (P)

90

KONGMENECK NZANGUE ALBINE AUDREY (P)

91

KOUAM MIKAEL (D)

92

KOUMOU AKONO MARIE CHRISTELLE (P)

93

KOUMPO TANEKOU PORGUY (P)

94

LEKEMO YMELE ADRIAN (P)

95

LEUMKEU WANGUN SIMON (D)

96

MADIMATOU ABBASSI (P)

97

MAFO FOTSO LYNDA (P)

98

MAFOCHE FOTSO SYLVIE (D)

99

MAHAMADOU (D)

 

100

MAHMOUD MOHAMADOU (D)

 

101

MAIMOUNATOU MOUSTAPHA (P)

 

102

MAKEK FELIX (P)

 

103

MANGA ONANA BRIGITTE PASCAL (P)

 

104

MANI MBATSOGO LUC ARTHUR (P)

 

105

MBADE ALEXIS (P)

 

106

MBALA MPILA (D)

 

107

MBANDOMAN GUILLAIN (P)

 

108

MBARGA AZANG ALAIN PATERNE (P)

 

109

MBEINKONG NUIGO (P)

 

110

MBEKEM ETAKONG WILLIAM EGBEMBA (D)

 

111

MBENG NATACHA GRACE (P)

 

112

MBIATEM JOHNSON NCHA (P)

 

113

MEFIRE MADELEINE (P)

 

114

MELONG FOFE EUGENE (P)

 

115

MEMONG REGINE PULCHERIE (P)

 

116

MENDO PAULIN FRITSH (D)

 

117

MENGUE JEAN MARTIAL (P)

 

118

MENKOUENG DEFFO JEAN JULES (D)

 

119

MESUE MBENDE JULIANA (D)

 

120

MET0'0 SALLA DAVID AIME (P)

 

121

MEYANGA ALEXANDRE (P)

 

122

MINTSA JEAN BERTRAND (P)

 

123

MOLO AWONO LUCIE APOLONIE (P)

 

124

MONHESSA ARTUR STEPHANE (D)

 

125

MOTAZE GEORGES ARMEL (P)

 

126

MVONDO ETOA FONGO GEORGES (D)

 

127

NDI EDOA MICHEL (P)

 

128

NDIGNOUAH NGOH DIEUDONNE (D)

 

129

NDJIB CHARLES BRUNO (P)

 

130

NDJIMA EKANGO JOACHIM (P)

 

131

NDONG ARISTIDE HERVE (P)

 

132

NDONGO ALOYS TIMOTHEE (D)

 

133

NDOUDOUMOU EYE'E JEAN MARC (P)

 

134

NDZIE JEAN (D)

 

135

NGABET NGONGANG ACHILLE JOEL (P)

 

136

NGATAT RAOUL DESIRE (D)

 

137

NGO BIYEGUI BI NDJOCK DENISE AMELIE (P)

 

138

NGO ISSOLA JEANNE D'ARC (P)

 

139

NGUIDJO NJONE ROBERT HERVE (P)

 

140

NKOLO MELONO PRISCA DIANE (D)

 

141

NKOUNDE JEAN PAUL (P)

 

142

NONG LIBEND SERGE PROSPER (D)

 

143

NONO TCHOUATI ALVINE (D)

 

144

NOPOUDEM FERNAND (D)

 

145

NSENG EDIMA JUSTIN LUC CALVIN (P)

 

146

NTEPPE LOBE JEAN BRIAUL (P)

 

147

NTSAGA MBOLE YVES (P)

 

148

NYASSA JOSEPH MARIE (P)

 

 

149

NYING STELLA GING (P)

 

150

ONANA ETEME ADALBERT BIENVENU (P)

 

151

ONANA INES GAELLE (P)

 

152

ONANA YOMO ROLAND VINCENT (P)

 

153

ONDOA AKOA LOIC CEDRICK (P)

 

154

ONDOBO JOSEPH (P)

 

155

OTENE CHRISTINE ARMELLE (P)

 

156

OTOMO BOLLO LAZARE (P)

 

157

PAHANE GAELLE (P)

 

158

POKEM SIRRI KENNE FOMA (P)

 

159

SIDA MINKOULOU BLAISE (P)

 

160

SIYAP TCHIANOU HERMANN (D)

 

161

SYLVIANNE NJANG NJUABE (D)

 

162

TCHOMGUI JUDITH (P)

 

163

TENE PENKA SIMPLICE (D)

 

164

WANKO LAURAINE GILDAS (P)

 

165

YAZINGUI DIDYME ERIC ARMAND (D)

 

166

ZAKIATOU (P)

 

167

ZANGA NDJINANG NICANOR (D)

 

168

ZOBO EWODO PAULIN (P)

 

(P) = Présentiel

(D)= Distanciel

 

 

 

mardi, 27 octobre 2015 15:18

Le PSSFP à l’Université de Bamenda

Du 1er au 03 Octobre 2015, les experts du PSSFP ont effectué une mission de formation des responsables de l’Université de Bamenda dans la région du Nord-Ouest, sur le montage de leur Budget Programme.

Le séminaire aura duré trois jours au bout desquels les Experts ont eu pour tâche d’accompagner les participants, essentiellement en postes dans les structures administratives et financières de l’Université de Bamenda, dans la préparation de leur projet de budget pour l’exercice 2016, et dans l’élaboration du projet de RAP pour l’année 2015 conformément aux termes de référence associés à cette activité.

Dans un Anglais fluide et contextualisé, les experts ont modulé leurs interventions sur   la construction d’un Projet de Performance des Administrations, les Techniques de préparation du Budget Programme, la Gestion budgétaire en Autorisation d’Engagement (AE) et Crédits de Paiement (CP), le pilotage des Budgets Programmes.

Le séminaire de Bamenda est la première étape du programme de renforcement des capacités des Universités d’Etat du Cameroun sur les questions qui ont trait à la nouvelle gestion publique et à la gouvernance financière.

Les Journalistes, membres de la section Camerounaise de l’Union de la Presse Francophone, prendront part à la troisième session du projet de renforcement des capacités des hommes de media sur les questions qui ont trait aux Finances Publiques, le vendredi 23 Octobre 2015 à partir de 9h à la salle des conférences du Programme Supérieur de Spécialisation en Finances Publiques.

Cet atelier, qui porte sur le thème « Comprendre les lois de finances au Cameroun », intervient en prélude à la session budgétaire 2015 de l’Assemblée Nationale et permettra aux journalistes camerounais d’améliorer la qualité de l’information traitée en matière de loi de finances et de loi de règlement.

mardi, 27 octobre 2015 14:56

Le PSSFP forme des députés

Le Mardi 29 septembre 2015 à l’Assemblée Nationale, les experts du PSSFP ont animé une session de formation des députés de la Commission des Finances et du Budgetsur le thème général: « Nouvelle gouvernance financière et performance des politiques publiques »

Cette session de formation, la deuxième organisée par le PSSFP à l’intention des Parlementaires camerounais, avait pour objectif de les doter d’outils, de méthodes et de connaissances utiles à l’évaluation de l’action publique. Ainsi, les modules choisis ont porté sur la loi de règlement, les dépenses fiscales et leur impact sur les recettes budgétaires de l’Etat, et le processus de transfert des compétences et des ressources aux Collectivités Territoriales Décentralisées.

,

C’est massivement que ces représentant du peuple ont répondu présents dès 09h à cette session de formation présidée par Mme AYAYI Rosette, Présidente de la Commission des Finances et du Budget de l’Auguste Chambre.

Dans son allocution d’ouverture, Mme AYAYI a recommandé aux parlementaires d’être attentifs et de ne pas hésiter à poser toutes les questions qui leur permettront de mieux comprendre et appréhender les divers principes et mécanismes expliqués à l’intérieur des exposés afin de défendre les intérêts de la population qu’ils représentent.

Les travaux se sont déroulés dans une atmosphère conviviale, les échanges ont été intenses et édifiants, ce qui a valu aux Experts du PSSFP une appréciation générale des participants, exprimée par une salve d’applaudissements.

Encore une fois, le PSSFP a conquis les Parlementaires !

vendredi, 18 septembre 2015 14:05

Les auditeurs du PSSFP à l’école de football

C’est au cours d’un match qu’ils se sont livrés entre eux dès 11h ce Samedi 05 Septembre au stade de l’Eglise Orthodoxe de Bastos, que les auditeurs de la deuxième promotion du PSSFP se sont découverts de nouveaux talents au football.

 

Des Finances Publiques au football, le pas à franchir n’a pas été grand. Dans le cadre du rayonnement du PSSFP, l’administration a mis en place des mesures d’organisation et d’accompagnement des activités péri-académiques pour les auditeurs. Ceux-ci doivent pouvoir s’épanouir afin de garder la forme psychique, psychologique, mais également la forme physique qui leur permettra de respecter cet adage : « un esprit sain dans un corps sain », et de développer entre eux, un esprit de solidarité.

Fort de leurs moyens pour cette première étape, les auditeurs de la deuxième promotion se sont constitués en deux équipes de 11 joueurs chacune (A et B), pour se livrer en 90 minutes aux canons de ce sport prisé dans leur pays.

Le score final de la partie, sous les acclamations et les encouragements de leurs camarades a été de trois buts à zéro en faveur de l’équipe A. Personne n’est rentré triste, il fallait être fair-play, et ce fair-play les a amené à se séparer aux environ de treize heures, autour d’un petit cocktail auquel ont été conviés les représentant de l’administration du PSSFP venues coordonner et soutenir cette activité.

C’est au cours d’un cocktail offert en son honneur par la Direction Générale du Trésor, de la Coopération Financière et Monétaire (DGTCFM), que Claude Remondet Conseiller Technique du DGTCFM et enseignant au PSSFP, arrivé en fin de séjour en terre Camerounaise s’est séparé ce Vendredi du personnel du MINFI.

La salle Hamadou Sambo de l’Immeuble de la Solidarité était à son comble en cette soirée. En présence du Directeur Général du Trésor, de la Coopération Financière et Monétaire, du Conseiller Technique du Ministre des Finances et de plusieurs illustres personnalités du Ministère des Finances en Général et de la Direction Générale du Trésor en particulier, des auditeurs et membres du corps administratif du PSSFP, Monsieur Remondet dont le travail à la DGTCFM été un succès, s’est dit satisfait de ce séjour en terre Camerounaise. Ce d’autant plus qu’il gardera un souvenir mémorable de ses expériences et surtout des présents qui lui ont été offerts. Au rang desquels, une toile le présentant comme un travailleur acharné ayant œuvré dans la mise en place de la réforme des finances publiques au Cameroun.

Dans son propos de circonstance, le DGTCFM a tenu à signifier, « qu’il ne s’agissait pas là d’un « Adieu », mais d’une brève séparation, le temps pour le couple Remondet de prendre le vol, tout a l’attente d’une prochaine visite au Cameroun, les portes de la DGTCFM lui seront toujours ouvertes.

C’est dans une ambiance très chaleureuse, arrosée de champagnes, et de vins que se sont séparés tous les convives à cette cérémonie.

Après évaluation et validation des modules sur la Comptabilité publique, la gestion budgétaire et les finances publiques locales, avec des contenu moyen de neufs sous thèmes par modules, le séminaire d’évaluation des formations sur la réforme des Finances ouvert lundi 24 aout 2015, s’est achevé ce vendredi 28 par une session de renforcement des capacités des hommes de médias à l’élaboration et à la présentation des projets de performance des administrations.

Le PSSFP peut se dire satisfait des travaux qui se sont déroulés dans son institution cette semaine. Ce d’autant plus que l’objectif fixé au départ, celui de l’acquisition d’un catalogue de formation continue des modules de deuxième génération sur les réformes des finances publiques est atteint, du moins dans sa phase de conception.

En effet, la cérémonie de restitution desdits travaux de création des modules de formation a eu lieu le jeudi 27 aout, en présence de l’ensemble des formateurs du PSSP, de la hiérarchie et des experts français venus accompagner ces travaux dans le cadre du partenariat MINFI – Expertise France.

Il était donc question ce Vendredi 28 aout, d’entrer à la phase d’expérimentation de ces modules de formation en présentant l’un du contenu de ces thèmes dans une situation de mise en scène des formateurs du PSSFP. Les journalistes de la presse francophones sont les acteurs ayant bénéficiés de cette expérience parce qu’étant des acteurs de la redevabilté et de la performance, ils ont pris plaisir à recevoir cette formation articulée sur l’élaboration et la présentation des projets de performance des administrations publiques.

Partenariat MINFI – Expertise France

Formation continue

Séminaire validation des modules de 2ème génération 24 - 28 Aout 2015

Le PSSFP a ouvert ce Lundi 24 Aout 2015, dans sa salle des conférences, un séminaire d’évaluation et de validation de la deuxième génération des formations sur la réforme des finances publiques. Cette activité menée en partenariat avec Expertise France a été conduite avec l’appui des experts français Fabien DELAME et Dominique SARGNON.

CONFERENCE SYNTHESE:

La crise grecque est un épisode actuel de la vie du système financier et économico -financier mondial qui nous révèle des dysfonctionnements liés à la globalisation de la finance et à la financiarisation de la globalisation aperçus à partir des rampes géoéconomiques et géopolitiques de l’intégration régionale européenne. Elle a de ce fait permis de révéler des distorsions associées à la montée en puissance politique des centres de la finance et à leur poids sur les Etats engagés dans la spirale inflationniste de la dette souveraine (Bruno THERET et Fréderic   LORDON). Elle exprime également des tensions et des pressions pesant sur le processus de la construction européenne en tant que dynamique d’intégration régionale justifiée par la logique des effets d’entrainement ou spill over (Ernst Haas).

Elle met également en lumière les résistances liées à l’expérimentation en situation européenne des techniques et technologies politico-économiques tropicalisées d’imposition et d’institution des reformes d’austérité à la mise en œuvre du « Washington Consensus » (John Williamson). Elle exprime par ailleurs une dynamique indicatrice de la déstabilisation symbolique de la valeur de l’unification européenne liée au déclassement de la Grèce considérée comme le berceau       de la culture européenne et occidentale, le lieu d’origine de la « géo-culture ». (Immanuel Wallerstein et Samir Amin). Elle fait état des craquèlements de l’unification européenne liée à la rigidité managériale et financière de l’hégémonie allemande sur la zone Euro et la prépondérance croissante des seigneuries banquières et financières. Les difficultés pesant sur le renforcement de la consistance politique de l’unification du fait de l’emprise croissante des puissances bancaro-financiéres sur la « géo économie » (Edward Luttwak) ne sont pas épargnées par ce wikileaks d’un nouvel ordre.

Sont également dévoilés les décalages et découplages existant dans la construction de l’unification européenne confrontée aux formes financières et actionnariales « développement inégal » (Samir Amin) existant entre les différentes nations concernées par ce processus. Au final la crise grecque constitue un symptôme d’une crise de gouvernement du système, associé à l’unification européenne. Cette dernière étant elle-même confrontée à des problèmes d’équilibre entre les exigences souveraines et représentatives d’une part et les exigences financières et actionnariales créés par le conatus hégémoniste (Spinoza, Fédéric Lordon ; Mathias Eric Owona Nguini) associé à la souveraineté du capital d’autre part.

I-                   UNE CRISE POLITICO-FINANCIERE METTANT EN LUMIERE LE SURPASSEMENT DE LA SOUVERAINETE ETATIQUE PAR LA PUISSANCE DE LA FINANCE.

La crise de la dette Grecque exprime la supplantation croissante de la puissance des Etats par la prépondérance de leurs créanciers financiers et bancaires dans la mesure où l’on assiste à une montée en puissance politique du capitalisme actionnarial. Ce dernier entraine une dépendance de la souveraineté des Etats vis-à-vis des institutions bancaires et financières et amène à un tribut conséquent de la gestion souveraine des finances publiques par rapport aux exigences transterritoriales de la finance globale.

La prééminence de plus en plus exprimée des actionnaires créanciers des Etats et leur force d’action font état de la montée en puissance d’un capitalisme non plus basé sur la logique productive avec création de la valeur, mais d’un capitalisme fondé sur l’actionnariat improductif. Cette crise a permis de voir comment les centres actionnariaux agissent sur les Etats endettés par exemple à travers les fonds de pension.

Les Etats, autrefois maîtres de leur gouvernance et donc souverains se doivent de plus en plus de collaborer avec des institutions qui posent des conditions amenuisant le champ d’action des héritières de Westphalie (Etats) tout en augmentant le leur. C’est l’expression de la montée en puissance de ces institutions mais également de la dépendance progressive des Etats. Les plans de sauvetage de la Grêce, proposés par la commission de l’UE avec accord de l’Allemagne, dont la position n’est pas toujours tributaire du bien-être de l’Etat mais aussi des intérêts des banques installées en Allemagne, cristallisent la dépendance de l’Etat grec qui n’est dès lors plus maître de son destin mais dépend des directives des nouveaux hégémons bancaro-financières. Il s’agît en effet d’une annexion des unités étatiques de domination par les machineries hégémoniques bancaro-financières. Les fonctions étatiques (européennes) sont de ce fait exposées aux appétits de pouvoir des puissances bancaro-financières comme maitres créanciers sur les souverainetés endettées.

Les Etats sont de plus en plus subordonnés aux injonctions de leur créanciers bancaro-financiers qui deviennent les nouveaux centres de coordination politique, dès lors qu’ils indiquent la conduite à tenir. La réduction d’un tel état des faits passe inéluctablement par la canalisation marchande des logiques étatiques d’endettement et globalement de gestion des finances publiques.

II-UNE CRISE ECONOMICO-FINANCIERE METTANT EN EVIDENCE LE DEPASSEMENT DE LA PUISSANCE ETATIQUE PAR LA SOUVERAINETE TRANSNATIONALE DU CAPITAL.

La crise grecque exprime des mutations géopolitiques et géoéconomiques de la construction européenne affectée par les effets régionaux de la transnationalisation hégémonique du capital. En effet, l’on assiste à une spoliation des cadres normatifs nationaux qui conduit à des effets pervers de la bancarisation et de la financiarisation de la gestion en finances publiques. Ceci étant, les politiques parlementaires ne restent pas inchangés face à l’hégémonie du capital transnational.

L’impuissance des Parlements est mise à nu face d’une part aux dérives gouvernantes liées à l’explosion des déficits publics et d’autre part face à la capture des finances publiques par les calculs des créanciers bancaro-financiers et de la logique bureaucratico-marchande de Bruxelles. La crise souligne également les effets pervers de la bancarisation et de la financiarisation de la gestion des finances publiques. En effet, les finances publiques se retrouvent colonisées par les exigences marchandes des créanciers bancaro-financiers. L’on assiste alors à un étranglement des souverainetés endettées par les contraintes bancaro-financières de remboursement de la dette.

Soulignons par ailleurs, l’exposition des puissances étatiques et politiques parlementaires à l’hégémonie du capital transnational. Dans cet ordre d’idée, la crise a révélé la montée en puissance radicale des formations bancaro-financières globalo-libérales dans la gestion des finances publiques et mis en lumière la dépossession des enceintes gouvernementales et parlementaires du contrôle des finances publiques par leur supranationalisation et leur transnationalisation régionales.

III-UNE CRISE SYSTEMICO-FINANCIER METTANT A NU L’EXIGENCE D’UNE RECONSTRUCTION DES RAPPORTS ENTRE ETATS ET FINANCE TRANSNATIONALE.

Face à tous ces dérèglements, il apparaît impératif de réformer et réévaluer la gestion des finances publiques en vue de les valoriser. Trois options s’offrent dès lors.

Premièrement, l’option d’un desserrement de l’emprise des seigneuries bancaro-financieres transnationales sur les finances étatiques. Il est question de réformer et alléger l’emprise des puissances bancaro-financiéres sur les Etats à travers les dettes souveraines vertigineuses. Une régulation canalisant la spéculation marchande bancaire et financière exercée sur la dette des Etats est également indispensable pour parachever le desserrement.

Deuxièmement, l’option d’une canalisation simultanément républicaine et actionnariale des déficits publics. Son effectivité passe par une revalorisation des canaux représentatifs de contrôle et d’évaluation des finances publiques dans un premier temps et une reforme ouvrant le dialogue entre les parlements, les citoyens et les créanciers du souverain par la suite.

Troisièmement, l’option d’un rééquilibrage des relations entre gouvernance et finance par la combinaison d’une mondialisation régulatrice régulée. Il est ainsi nécessaire d’instituer des plafonds limitant un endettement vertigineux du souverain. La crise appelle aussi la nécessité d’instituer des mécanismes supranationaux et transnationaux publics et civils de contrôle de la capacité spéculative des seigneuries bancaro-financiers et de leur hégémonie concessive et corporative correspondant à de nouvelles logiques seigneuriales de bénéfices et d’offices.

Mathias Eric OWONA NGUINI (Socio-politiste, Université de Yaoundé II-Soa-FSJP et Fondation Paul Ango Ela de Géopolitique en Afrique Centrale)

dimanche, 16 août 2015 13:38

PARTENARIAT MINFI-EXPERTISE FRANCE

Dans le cadre de la convention de partenariat signée le 19 décembre 2014 entre le Ministre Camerounais des Finances et Expertise France, un stage d’un mois est prévu au sein de l’administration française pour les auditeurs de deuxième année du cycle Master.

Durée : un mois

Lieu : France

Date : du 15 Novembre au 15 Décembre 2015

Cibles : auditeurs du PSSFP

Objectifs : préparer les travaux de fin de formation en contexte international.

Nombre de place : 5 (cinq)

Critères de candidature

  • S’être acquitté de la totalité des droits de scolarité
  • Etre titulaire d’un passeport en cours de validité
    • Justifier des moyens nécessaires pour assumer la moitié des charges liées au     déroulement du stage.

Les dossiers de demande de stage seront reçus complets au comité de suivi de la convention (Immeuble de la Solidarité, porte 226 du PSSFP), au plus tard le 16 septembre 2015 et comporteront les pièces ci après :

-                Une fiche de candidature à retirer  à la porte 226 du PSSFP ;

-                Deux photos 4 X 4 ;

-                La photocopie des reçus de paiement des droits de scolarité ;

-       Un exposé de motifs tenant sur une page et justifiant la relation entre le mémoire de fin de formation et le stage au sein de l’administration française.

Les candidats retenus seront invités à déposer leur participation au financement dans les comptes du PSSFP, un mois avant le début du stage.

(e)Le Coordonateur

Page 1 sur 4
Scroll Up